Toujours non

Presque plus fort que la coupe du monde de football. La consolidation du secteur des télécoms reste le grand sujet de ce début d’été. Alain Weill, le pdg de SFR, est encore obligé de rappeler que SFR n’est pas à vendre « Patrick Drahi n’est absolument pas vendeur . Je constate que ce sont plutôt les deux plus petits acteurs des télécoms qui poussent désormais à une consolidation. ».

Le patron de l’opérateur filiale d’Altice a néanmoins le chic pour teinter cette déclaration ferme d’un nuage d’ambiguïté, en ajoutant, « Notre conviction, c’est que, de toute façon, la consolidation se fera un jour et que ce jour-là, SFR en sortira grandi et renforcé. »

(Les Echos)

Recevez gratuitement Numériq'1 : La newsletter qui vous raconte tous les jours en 1 minute l’actualité de l’économie numérique, de la relation client, du marketing et du e-commerce :  JE M'ABONNE !

Nouvelle expérience de paiement en magasin sans passer par la caisse. C’est le journal de l’économie numérique du 11 juin 2018

On a perdu le sourire de la caissière dans la lettre du jour. On en a presque les larmes aux yeux. Si vous aussi ça vous rend triste, on vous propose un petit remontant un peu plus bas (un remontant plus bas !). Vous êtes plutôt rouge ou blanc ?

Quelles sont les 3 villes européennes les plus attractives pour les investisseurs européens ? (EY)

Un américain à Paris

Paris, ville d’Europe la plus attractive pour les investisseurs étrangers, selon une étude EY (EY Attractiveness Survey – juin 2018). C’est la première fois que la capitale française devance Londres. Berlin, Francfort et Munich suivent Paris et Londres. Au niveau national, la France se place au 3e rang des pays européens les plus attractifs (derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne). Paris doit-elle quitter la France ?

On coupe

Les 20 premiers opérateurs télécoms mondiaux ont vu leurs effectifs chuter de plus 107 000 personnes entre 2015 et 2018, selon le décompte des analystes de Light Reading. Pour spectaculaire qu’apparaisse ce chiffre, ça ne représente qu’une réduction d’environ 6 %.

Blanc sur rouge

Lidl lancera à partir du 5 septembre un site de vente en ligne de vin. Jusqu’à présent, Lidl proposait simplement un site éphémère qui ne durait que le temps de la foire au vin, il devient à partir de cet automne la boutique en ligne permanente de vente de vins et spiritueux du distributeur.

Qui a dit ça ?

« On fait en sorte de réaliser nos enquêtes auprès de nos clients lorsqu’ils sont à bord. L’avantage c’est qu’ils n’ont pas grand-chose d’autre à faire quand ils sont prisonniers à l’intérieur de nos avions ! »

C’est Susie Deveault, la directrice de l’expérience client de la compagnie aérienne canadienne Air Transat. Les clients qui ne répondent pas ne récupèrent jamais leur valise…

L’actualité de l’économie numérique, de la relation client et du e-commerce, tous les jours sur votre boîte email

À vos manettes

Yves Guillemot, le patron d’Ubisoft, l’éditeur de jeux vidéo, annonce la fin des consoles de jeux : « il va y avoir encore une génération de consoles, ensuite nous jouerons tous en streaming. »

Debout sur les pédales

Déjà présent sur le partage de vélos urbains avec Jump Bike, Uber serait intéressé par le rachat d’un autre acteur du 2 roues en ville, la startup Motivate. Lyft, le principal concurrent d’Uber sur le territoire américain, est également sur la ligne de départ pour acquérir Motivate. Ça va se jouer au sprint.

Et le sourire de la caissière ?

Nouvelle expérience de paiement en magasin sans passer par la caisse. Ici, chez Stance, l’enseigne américaine de sous-vêtements, pas d’application à télécharger, pas de capteurs… Il suffit de se rendre, tandis que l’on est dans le magasin, sur le site web de la marque et de scanner avec son mobile les codes-barres des produits que l’on achète (il faut évidemment avoir au préalable enregistrer un moyen de paiement). La solution technique est développée par l’éditeur de microservices Moltin. Une expérience dans le monde physique qui imite le commerce en ligne.

Recevez gratuitement Numériq'1 : La newsletter qui vous raconte tous les jours en 1 minute l’actualité de l’économie numérique, de la relation client, du marketing et du e-commerce :  JE M'ABONNE !

Verizon, téléphone maison !

Centre d'appels
L’opérateur télécom américain Verizon
a annoncé la fermeture de plusieurs centres d’appels aux Etats-Unis. Ce sont près de 1000 conseillers téléphoniques qui sont concernés dans l’État du Nouveau-Mexique, 600 dans l’Arkansas, une centaine dans le Minnesota…

Néanmoins l’entreprise n’envisage aucun licenciement. Verizon va proposer à ses conseillers de travailler depuis leur domicile. « Ce sont des employés hautement qualifiés et formés, c’est pourquoi nous voulons qu’ils restent dans l’entreprise », a déclaré un porte-parole de l’entreprise. Dedans, mais dehors.

SMS, une passion française

SMS 2016 ARCEP
L’ Observatoire des marchés des communications électroniques en France au 3ème trimestre 2016 confirme cette passion typiquement française pour le SMS. Un succès qui depuis près de 10 ans ne faiblit pas malgré la concurrence des applications de messagerie.

Au 3ème trimestre 2016, les abonnés mobiles français ont envoyé plus de 51 milliards de SMS (environ 17 milliards par mois). Cela représente 285 SMS par mois et par client.

Tu fé koi ce we ?

(Arcep)

Les indicateurs qualité des services clients des opérateurs télécom

A la demande de L’ARCEP (l’autorité de régulation des communications électroniques) les opérateurs sont tenus de publier semestriellement leurs indicateurs de qualité d’accès au service client. Sur le segment communications fixes (téléphonie et internet), les résultats pour le 1er semestre 2016 sont les suivants :

Durée moyenne d’attente avant mise en relation avec un conseiller (après SVI) :

Durée moyenne d’attente avant mise en relation avec un conseiller (après SVI) :

Taux d’appels perdus avant mise en relation avec un conseiller

Taux d’appels perdus avant mise en relation avec un conseiller

A noter que l’ARCEP rédige néanmoins une mise en garde sur la comparaison des résultats entre opérateurs. En effet, bien que les indicateurs reposent sur des référentiels communs établis par la Fédération Française des Télécoms, il n’en demeure pas moins qu’ils « présentent une forte dépendance vis-à-vis des processus et systèmes d’informations de chaque opérateur ».