Ouibus et Blablacar célèbrent leurs noces de multimodalité

Ouibus
Blablacar, le leader du co-voiturage en Europe, va racheter la filiale de transport par autobus de la SNCF, Ouibus.
 Dans le même temps, La Sncf en profite pour entrer au capital de Blablacar à l’occasion d’une nouvelle levée de fonds de 101 millions d’euros.

Ça ressemble un peu à ces mariages de raisons que les grandes familles faisaient au début du siècle dernier. Je t’offre ma fille la plus vilaine (Ouibus a perdu 35 millions d’euros en 2017 pour un chiffre d’affaires inférieur à 50 millions d’euros) en échange de quoi je promets à ton fils (séduisant) une place dans l’entreprise familiale.

D’ailleurs, je n’invente rien, dans son communiqué la Sncf parle bien « d’alliance » (« Sncf s’allie à Blablacar pour développer la multimodalité ») avec Blablacar.

Le patriarche de la famille, Guillaume Pepy, président de la Sncf, commente cette opération avec cette superbe formule, « Nous sommes convaincus que pour faire plus de train, il faut que nous fassions plus que du train. ». Formule à laquelle répond Nicolas Brusson, le pdg de Blablacar, par un néologisme exquis, « Nous partageons une volonté de réduire l’autosolisme au profit d’un transport partagé. ».

Je pense que je vais finir le trajet à pied.

Recevez gratuitement Numériq'1 : La newsletter qui vous raconte tous les jours en 1 minute l’actualité de l’économie numérique, de la relation client, du marketing et du e-commerce :  JE M'ABONNE !