Qui a dit ça ?

« Nous ne sommes pas un moteur de vérité. Nous pouvons vous apporter de l’information, mais nous ne pouvons pas vous dire à quel point cette information est la vérité. »

C’est Danny Sullivan, le monsieur « transparence » de Google. La vérité est ailleurs (que sur Google) ?

Découvrez la lettre ContactDistance : La première newsletter qui vous raconte tous les jours en moins d’1 minute l’actualité de l’économie numérique, de la relation client, du marketing et du e-commerce :  JE M'ABONNE !

Carrefour fait ses courses chez Google. C’est le journal de l’économie numérique du 12 juin 2018

Dans le journal du jour on vous emmène faire vos courses chez Google… On pourrait faire l’histoire des révolutions industrielles à la lumière de l’évolution de l’épicerie. De la petite épicerie de quartier à l’hypermarché de zone commerciale, jusqu’aux plateformes mondiales en ligne. Tout ça pour nous vendre des yaourts…

Carrefour Google
Hyper-Google

Est-ce Google qui se lance dans la grande distribution en France ou Carrefour qui offre une nouvelle plateforme de distribution à ses clients ? Google et Carrefour viennent en effet de signer un accord de partenariat stratégique qui prévoit la commercialisation (à partir de début 2019) de l’offre alimentaire et non alimentaire de Carrefour via les assistants connectés de Google (mobile et enceinte), ainsi que sur le web via une nouvelle interface Google shopping. C’est la première fois que Google se lance dans le commerce alimentaire en Europe.

Et avec ça ?

Et comme Google est le roi du cross-selling, Carrefour déploiera dans tous le groupe la solution bureautique de Google, G Suite (Google Docs, Google Sheets…). J’ai ajouté un petit ballon… pour les enfants.

Garde à vous !

Microsoft et le groupe français spécialisé dans la défense et la sécurité, Thales, vont travailler ensemble au développement de solutions cloud destinées aux forces armées. Hautement sécurisés pour gérer des données sensibles, les systèmes auront aussi vocation à être utilisées sur les terrains opérationnels. Ils devront ainsi pouvoir fonctionner dans des conditions de mobilité et hors ligne (on ne sait jamais ce qui arrive sur le champ de bataille). « Ça, c’est pas un cloud de planqué, mon petit… »

Qui a dit ça ?

« On a besoin de plus de femmes dans les startup et dans les cuisines professionnelles, mais aussi de plus d’hommes dans les cuisines à la maison ! »

C’est Xavier Boidevezi, le directeur du digital et du réseau foodtech au sein du groupe Seb. Il est temps que les hommes passent à la casserole.


Les claviers brûlants de ContactDistance au service de vos projets rédactionnels

Rédaction web, réécriture, traduction
contact(at)contactdistance.fr


On se connecte ?

D’ici 2023 le monde devrait compter plus de 30 milliards d’appareils connectés à internet contre 17 milliards en 2017. La croissance sera portée en particulier par l’internet des objets et la multiplication du nombre d’objets connectés. Le nombre de téléphone mobile restera assez stable à 8 milliards d’appareils (soit un quart des 30 milliards). (Ericsson Mobility Report – Juin 2018)

Instagram devrait annoncer le 20 juin prochain le lancement d’une nouvelle plateforme de diffusion de vidéos, acceptant des formats longs, sur le modèle de YouTube.

Jeu, set et match

Pour ceux qui veulent s’échapper de la déferlante football en cours, il y a ce superbe spot de pub à l’esprit (sportif) tout british et à la gloire de Wimbledon.

Découvrez la lettre ContactDistance : La première newsletter qui vous raconte tous les jours en moins d’1 minute l’actualité de l’économie numérique, de la relation client, du marketing et du e-commerce :  JE M'ABONNE !

Google : la grande migration mobile

Google l’a confirmé hier. Ce sont désormais les versions mobiles des contenus web qui seront indexés dans son moteur de recherche.

« La grande migration » vient de commencer. Pour le moment Google n’embarque que les sites qui respectent « les bonnes pratiques » mobiles. Pour les autres, ce sont toujours les pages traditionnels qui seront indexées.

Google annonce de façon un peu équivoque que l’indexation mobile n’aura pas d’influence sur le positionnement global dans les résultats de recherche, tout en admettant qu’avoir un site parfaitement adapté au mobile peut être un avantage pour le positionnement dans les recherches mobiles.

En attendant si vous souhaitez vérifier la conformité de votre site aux attentes mobiles de Google, vous pouvez passer par le test d’optimisation Google.

Découvrez la lettre ContactDistance : La première newsletter qui vous raconte tous les jours en moins d’1 minute l’actualité de l’économie numérique, de la relation client, du marketing et du e-commerce :  JE M'ABONNE !

Google a trouvé un nouveau moyen de gagner de l’argent (et de contrer Amazon)


Google aurait trouvé un nouveau moyen de gagner de l’argent
 (on n’est jamais à l’abri du besoin).

L’entreprise a conclu des partenariats avec de grands distributeurs américains (Walmart, Home Depot, Target…) pour mettre en avant certains de leurs produits en réponse aux requêtes des internautes du type « ou acheter tel produit ? ».

Rien de nouveau allez-vous dire. De la publicité comme Google en a toujours fait. Sauf que Google touchera un pourcentage sur chaque vente réalisée via ce programme. Google nouvel intermédiaire de commerce et rempart contre Amazon.

Comme dit ce spécialiste du e-commerce, Guru Hariharan, en faisant allusion à Amazon, (lui-même est un ex cadre dirigeant d’Amazon) : « les marques considèrent Google comme l’ennemi de leur ennemi, ce qui fait de Google leur ami. » 

(Reuters)

Airbus abandonne Microsoft Office pour Google G Suite

Airbus va faire passer ses 130 000 salariés de Microsoft Office à la suite bureautique concurrente de Google, G Suite.

Ce n’est pas une question de coûts, explique Luc Hennekens, le directeur informatique d’Airbus, mais la possibilité de disposer d’un outil plus agile qui favorise la collaboration.

« Nous avons besoin de technologies qui accompagnent nos nouvelles façons de travailler, des outils numériques moderne qui nous permettent de mieux collaborer, de faire travailler les différentes équipes ensemble, à travers les frontières et les fuseaux horaires. », renchérit Tom Enders, le président d’Airbus.

Chez Microsoft ils auraient décidé de ne voyager plus qu’en Boeing. Et ce n’est pas une question de coûts…

(The Register)

Pour Google, les interfaces voix se développent rapidement mais le texte devrait encore dominer un bon moment

On a en mémoire cette prévision de Comscore selon laquelle en 2020, 50 % des recherches en lignes seraient réalisées via la voix. L’échéance se rapproche. Faut-il jeter nos claviers (une moitié en tout cas) ?

Fortement investi dans les technologies de langage naturel et de recherche vocale, Google se plaît à répéter ce chiffre.


Pourtant dans une interview récente, donnée à The Drum, Jason Spero, le responsable des médias publicitaires (Performance Media) de Google, se montre lui plus prudent.

« A chaque fois que l’on introduit quelque chose de nouveau les gens se demandent si le nouveau paradigme va remplacer l’ancien. Aussi loin que l’on puisse voir dans le futur, on peut penser que la grande majorité des interactions se fera encore par le texte et via des interfaces qui nous sont familières aujourd’hui. »

Ce que pointe néanmoins Spiro c’est que « malgré tous les progrès que nous avons fait pour saisir du texte sur un clavier, la voix est une interface beaucoup plus naturelle. »

La voix reste pour Spiro un nouveau champ de promesses à explorer, à la fois pour les utilisateurs, les marques et Google lui-même. « Les consommateurs sont encore en train de découvrir ce que signifie interagir avec des machines en langage naturel. Ça crée de nouvelles opportunités car ils nous entrainent dans des espaces où nous n’avons jamais été avec eux jusque-là. »

Si la voix oblige à repenser et réapprendre les règles de communications entre les marques et leurs clients, elle offre aussi, en tant qu’interface naturelle, des possibilités beaucoup plus puissantes que le texte.

Des possibilités plus puissantes au niveau publicitaire également ? On ne semble pas encore se poser la question chez Google. « On ne dépense pas notre énergie aujourd’hui à rechercher un business model. » On explore plutôt. On a les moyens chez Google de se payer de tels luxes.

Même si Spiro ajoute, « je ne suis pas en train de vous dire qu’on ne va pas mener quelques expériences… »

Oracle menace Google (devant la Commission européenne)

On pourrait appeler ça L’Affaire des « Super Profils ». Afin de nous « offrir » des publicités toujours mieux ciblées Google pourrait associer les données de profils de nos comptes Google avec nos autres données de navigation (jusque là, les données d’identité n’étaient pas associées aux données de navigation). Seraient ainsi créés des « Super Profils », encore plus précis et pertinents en termes de ciblage.


« C’est pas du jeu ! »
s’est écrié Oracle devant la Commission européenne, arguant que Google disposait d’une position dominante et qu’aucune autre entreprise ne pouvait avoir accès au même type de combinaison de données pour le ciblage publicitaire.

Pour le moment cette possibilité de création de « super profils » n’est évoquée que dans une mise à jour des règles de confidentialité des comptes Google.

Néanmoins, selon le Wall Street Journal, la Commission européenne prendrait « très au sérieux » la plainte d’Oracle.

Le petit exploit relation client du jour

On souligne souvent le manque de réactivité des marques sur Twitter. Soient qu’elles répondent avec retard aux demandes qui sont faites par les clients sur le réseau, soient qu’elles ignorent tout simplement une grande partie des interactions (ou sont en incapacité de les traiter).

Aussi, on relèvera ce matin ce « petit exploit » de Google France et de celui (ou celle) qui était aux manettes de son compte Twitter (@GoogleFR).

Mercredi 18 janvier 2017 – 08h40

L’utilisateur Twitter François Rondeau (@RondeauPro) se plaint (au saut du lit… il est 08h40) que la nouvelle version de Google Chrome ne fonctionne pas sur son Mac.

François Rondeau

Mercredi 18 janvier 2017 – 08h47

7 minutes plus tard (il n’est pas encore 09h00), réponse de Google France.

Google France

Ce n’est pas simplement une réponse polie ou un accusé de réception, mais une proposition de solution.

Sans que cela n’enlève rien à « l’exploit », signalons simplement que François Rondeau est le directeur de la relation client 2.0 de Sosh et Orange.

Pour la beauté du geste, on aime à penser que l’exploit se serait répété quel que soit l’interlocuteur.

Et si on instaurait dans l’entreprise un rapport trimestriel des loupés ?

C’est une bonne pratique suggérée par Casey Carey, le directeur marketing de Google Analytics : passer chaque trimestre en revue ce qui n’a pas fonctionné, les tests qui ont échoué… tous les loupés. Ce que d’habitude on cache sous le tapis et dont personne ne veut parler. Carey voit 2 avantages à ce rapport trimestriel des loupés :


1/ Partager ce qu’on a appris de ces échecs : garder en mémoire ces échecs pour éviter que l’histoire se reproduise et permettre à chacun dans l’entreprise de bénéficier de l’expérience acquise.

2/ Installer la culture de l’échec comme mode de croissance : tester, échouer et apprendre vite. « Personne ne sait rien avant d’avoir tester. C’est une des vérités de base de l’ère digitale » explique Carey.

Sur la forme du rapport : 1 page par expérience avec a/ le projet de départ 2/ les écarts dans la réalisation 3/ les résultats 4/ la prochaine étape

(Google)

90 % des revenus de Google (Alphabet) proviennent de la publicité

75 milliards de chiffres d’affaires ! C’est le chiffre d’affaires 2015 d’Alphabet, la maison mère de Google. Quelle est la source principale de ces revenus ?

Chiffre d'affaires Google Alphabet
90 % des revenus d’Alphabet proviennent de la publicité, ce qui fait de Google la première machine publicitaire au monde.

La grande majorité des revenus publicitaires sont générés sur ses propres sites (70 % du chiffre d’affaires) : Google (moteur de recherche), Maps, Gmail, ou YouTube entre autres. Le reste (20 % du chiffre d’affaires) sur des sites tiers via ses régies publicitaires (Google Adsense…).

Des produits (ou services) comme Google Play (le magasin d’applications Androïd), Google cloud ou Chromecast comptent pour moins de 10 % du chiffre d’affaires de l’entreprise.

(RedMonk)