La querelle WebRTC

Le WebRTC va-t-il révolutionner les technologies de communication ou le WebRTC n’est-il qu’une fausse piste sans avenir ? C’est la question autour de laquelle 2 spécialistes des communications d’entreprises se sont disputés récemment. Une querelle moderne, une bataille de geeks, à coup d’articles de blogs. Pas de sang, juste quelques formules chocs. D’un côté un « Qu’on se le dise, WebRTC ça craint ! » lancé par Dave Michels. De l’autre une réponse de Tsahi Levent-Levi, du type « Dave a écrit un article juste pour s’attirer des nouveaux lecteurs avec des arguments qui ne tiennent pas la route ».

Petite parenthèse, pour ceux qui le demanderaient, WebRTC, c’est quoi  ? (Si tu pouvais me l’expliquer en 2 phrases simples tu me ferais plaisir). Déjà WebRTC ça veut dire communication en temps réel pour le web (Web Real-Time Communication). On a déjà presque tout compris. C’est la technologie qui permet de communiquer à partir d’un navigateur internet (et entre navigateurs internet) par la voix, la vidéo, le texte sans avoir besoin d’ajouter de plugin ou d’installer un logiciel.

Les 4 arguments contre le WebRTC de Dave Michels (Talking Pointz)

1/ Le WebRTC ne fonctionne pas sur tous les navigateurs

Safari d’Apple et Internet Explorer ne sont pas compatibles avec les technologies WebRTC.

2/ Le WebRTC n’a pas été pensé pour le mobile

Les mobiles qui utilisent le WebRTC le font à partir d’une application et non directement depuis le navigateur. C’est l’essence même du WebRTC qui est remise en cause. Et un grave défaut à une époque où l’on doit penser mobile d’abord.

3/ Google ne s’intéresse plus au WebRTC

Le WebRTC a été pour Google (qui a été un des pionniers sur la technologie) un moyen d’imposer son navigateur Chrome et de faire de l’ombre à Skype. Aujourd’hui que ces objectifs sont atteints, Google n’a plus d’intérêt à pousser les développements au-delà.

4/ Le WebRTC est dangereux

Le WebRTC est un système ouvert construit à partir de briques disparates. Outre les problèmes de sécurité, c’est une technologie sur laquelle il est difficile d’intervenir en cas de problème. Son hétérogénéité la rend compliqué à comprendre et à contrôler.

La réponse de Tsahi Levent-Levi (BlogGeek.me) en faveur du WebRTC

1/ Le WebRTC ne fonctionne pas sur tous les navigateurs

Ce n’est plus vrai pour Microsoft qui a adopté une technologie comparable sur Edge (le navigateur présent avec Windows 10). Quant aux utilisateurs Apple ils ont largement pris l’habitude d’utiliser Chrome lorsque c’était nécessaire.

2/ Le WebRTC n’a pas été pensé pour le mobile

WebRTC fonctionne sur des applications mobiles ? Et alors ! L’important c’est que la technologie se conforme aux usages. Sur mobile l’utilisateur est à l’aise avec les applications. Et la preuve la plus éclatante que WebRTC a aussi été pensé pour le mobile c’est que Messenger de Facebook utilise le WebRTC. Il l’utilise à la fois en version mobile et desktop.

3/ Google ne s’intéresse plus au WebRTC

C’est loin de la vérité ! Le WebRTC évolue avec chaque mise à jour de Chrome, c’est à dire tous les 2 mois. Aucune autre technologie ne progresse à ce rythme aujourd’hui.

4/ Le WebRTC est dangereux

Savez vous quand pour la dernière fois vos autres solutions de communication propriétaires, votre PBX par exemple, ont été mises à jour ? Ont-elles d’ailleurs été mises à jour ? WebRTC bénéficie de la souplesse du cloud pour être mis à jour automatiquement. L’utilisateur maîtrise sa propre sécurité, il ne la laisse plus au bon vouloir et entre les mains de son fournisseur.

En conclusion

A ce point les deux visions sont irréconciliables. Dave Michels pense que le WebRTC ne trouvera pas sa place dans les solutions de communications modernes. Pour Tsahi Levent-Levi au contraire WebRTC va s’imposer et bien plus tôt qu’on le croit. C’est la querelle des anciens et des modernes revisitée en querelle des systèmes ouverts, libres et collaboratifs face aux systèmes propriétaires.

(Les 2 articles en anglais : Tsahi Levent-Levi sur BlogGeek.me et Dave Michels sur Talking Pointz)

 

La première newsletter quotidienne des professionnels de la relation client JE M'ABONNE !

Les 10 technologies incontournables pour 2009 selon Verizon Business

En faire plus avec moins ! La conviction de Verizon Business est que « nous sommes à une croisée des chemins où réduction des coûts et innovations technologiques peuvent se combiner pour créer de nouvelles opportunités commerciales, malgré la conjoncture économique défavorable« . Dans ce contexte, le spécialiste des solutions technologiques de communication, réseaux et sécurité dresse la liste des 10 tendances technologiques à adopter en 2009 pour réussir.

Lire la suiteLes 10 technologies incontournables pour 2009 selon Verizon Business

La première newsletter quotidienne des professionnels de la relation client JE M'ABONNE !