Amitié franco-chinoise

Jack ma

Jack Ma, le pdg d’Alibaba


Le groupe Bolloré (Autolib’, Vivendi…) et le leader chinois du e-commerce, Alibaba, signent un accord de coopération mondiale.
 Ce partenariat doit permettre, selon Cyrille Bolloré, le directeur général du département Transports et Logistique du groupe français de « développer des activités dans nos marchés respectifs et joindre nos forces dans les autres parties du monde. » 

L’accord porte en particulier sur la fourniture de solutions cloud par Alibaba à Bolloré et le développement de solutions communes dans les domaines de la mobilité urbaine (véhicules électrique, autopartage…).

Découvrez la lettre ContactDistance : La première newsletter qui vous raconte tous les jours en moins d’1 minute l’actualité de l’économie numérique, de la relation client, du marketing et du e-commerce :  JE M'ABONNE !

Carrefour fait ses courses chez Google. C’est le journal de l’économie numérique du 12 juin 2018

Dans le journal du jour on vous emmène faire vos courses chez Google… On pourrait faire l’histoire des révolutions industrielles à la lumière de l’évolution de l’épicerie. De la petite épicerie de quartier à l’hypermarché de zone commerciale, jusqu’aux plateformes mondiales en ligne. Tout ça pour nous vendre des yaourts…

Carrefour Google
Hyper-Google

Est-ce Google qui se lance dans la grande distribution en France ou Carrefour qui offre une nouvelle plateforme de distribution à ses clients ? Google et Carrefour viennent en effet de signer un accord de partenariat stratégique qui prévoit la commercialisation (à partir de début 2019) de l’offre alimentaire et non alimentaire de Carrefour via les assistants connectés de Google (mobile et enceinte), ainsi que sur le web via une nouvelle interface Google shopping. C’est la première fois que Google se lance dans le commerce alimentaire en Europe.

Et avec ça ?

Et comme Google est le roi du cross-selling, Carrefour déploiera dans tous le groupe la solution bureautique de Google, G Suite (Google Docs, Google Sheets…). J’ai ajouté un petit ballon… pour les enfants.

Garde à vous !

Microsoft et le groupe français spécialisé dans la défense et la sécurité, Thales, vont travailler ensemble au développement de solutions cloud destinées aux forces armées. Hautement sécurisés pour gérer des données sensibles, les systèmes auront aussi vocation à être utilisées sur les terrains opérationnels. Ils devront ainsi pouvoir fonctionner dans des conditions de mobilité et hors ligne (on ne sait jamais ce qui arrive sur le champ de bataille). « Ça, c’est pas un cloud de planqué, mon petit… »

Qui a dit ça ?

« On a besoin de plus de femmes dans les startup et dans les cuisines professionnelles, mais aussi de plus d’hommes dans les cuisines à la maison ! »

C’est Xavier Boidevezi, le directeur du digital et du réseau foodtech au sein du groupe Seb. Il est temps que les hommes passent à la casserole.


Les claviers brûlants de ContactDistance au service de vos projets rédactionnels

Rédaction web, réécriture, traduction
contact(at)contactdistance.fr


On se connecte ?

D’ici 2023 le monde devrait compter plus de 30 milliards d’appareils connectés à internet contre 17 milliards en 2017. La croissance sera portée en particulier par l’internet des objets et la multiplication du nombre d’objets connectés. Le nombre de téléphone mobile restera assez stable à 8 milliards d’appareils (soit un quart des 30 milliards). (Ericsson Mobility Report – Juin 2018)

Instagram devrait annoncer le 20 juin prochain le lancement d’une nouvelle plateforme de diffusion de vidéos, acceptant des formats longs, sur le modèle de YouTube.

Jeu, set et match

Pour ceux qui veulent s’échapper de la déferlante football en cours, il y a ce superbe spot de pub à l’esprit (sportif) tout british et à la gloire de Wimbledon.

Découvrez la lettre ContactDistance : La première newsletter qui vous raconte tous les jours en moins d’1 minute l’actualité de l’économie numérique, de la relation client, du marketing et du e-commerce :  JE M'ABONNE !

Tous ce que vous avez toujours voulu savoir sur la blockchain (et que vous auriez mieux fait de ne pas demander)


Avouez-le, si on vous demandait de définir la blockchain, vous seriez bien embêté. Bon, peut-être pas vous, mais moi c’est certain. D’abord je ne suis même sûr qu’on dise LA blockchain. peut-être qu’on doit dire, la technologie blockchain ? Alors évidemment, pour ne pas passer pour un total ignare, comme tout le monde je suis voir ce qu’on disait de la blockchain sur Wikipédia.

Voici les premières lignes de l’entrée Blockchain dans la fameuse encyclopédie en ligne :

Lire la suiteTous ce que vous avez toujours voulu savoir sur la blockchain (et que vous auriez mieux fait de ne pas demander)

Découvrez la lettre ContactDistance : La première newsletter qui vous raconte tous les jours en moins d’1 minute l’actualité de l’économie numérique, de la relation client, du marketing et du e-commerce :  JE M'ABONNE !

Dites à vos enfants de ne pas apprendre à coder

L’entreprise spécialisée dans les études sur les marchés des technologies de l’information, IDC, a livré ses prédictions en matière de transformation digitale des entreprises pour les 5 années à venir. 

Alors à quoi ressemblera notre futur ?

1/ Les indicateurs d’engagement client (NPS par exemple) deviennent des éléments d’estimation de la valeur des entreprises par les investisseurs et les marchés.
2/ D’ici 2021, les environnements cloud seront utilisés par 90 % des entreprises.
3/ D’ici 2019, 90 % des clients interagiront avec leurs services clients via des interfaces automatisées (bots).
4/ D’ici 2020, la voix sera l’interface de communication principale de 50 % des applications mobiles.
5/ D’ici 2020, grâce à la simplification des outils de développement, 20 % des applications seront développées par des « non informaticiens ». On passera à 60 % en 2027.

(IDC FutureScape : Worldwide IT Industry 2018 Predictions)

Ton lexique tech 2017 (épate tes amis avec ton savoir numérique)

Il tient dans la poche. C’est ton guide de survie numérique 2017. Les mots de la transformation numérique n’auront plus aucun secret pour toi.

Les 11 mots du numérique en 2017

Machine learning : les machines apprenantes en français. En réalité elles apprennent surtout de leurs erreurs. Grace à des capacités de calculs extraordinaire, elles accumulent en quelques minutes toutes les erreurs et les bêtises que tu as mis 20 ans à commettre.

Machine learning
Plateforme digitale
 : toutes les entreprises sont désormais des plateformes (digitales qui plus est). Ton plombier, par exemple, n’est plus plombier, c’est une plateforme de mise en relation de liquides avec des réseaux d’évacuation.

plateforme digitale Assistant virtuel / assistant intelligent : l’assistant se décline en version virtuelle et intelligente. Ce qui laisse à penser que ton assistant avant n’était pas virtuel (ça tu avais remarqué), ni intelligent. Je pense que ça va lui faire plaisir quand tu vas lui annoncer que tu t’en sépares parce que c’était un sombre idiot.

assistant virtuel
Intelligence artificielle 
: l’intelligence en boîte. Le problème avec l’intelligence artificielle ce n’est pas l’artifice, c’est l’intelligence. L’intelligence artificielle est trop intelligente. Ainsi, jamais tu ne feras comprendre à ton assistant virtuel propulsé par l’intelligence artificielle cette consigne simple : « dis-lui que je ne suis pas là » alors que vous êtes bien présent et que vous essayez d’échapper à un client mécontent qui tente de vous joindre au téléphone.

Blockchain : une chaîne de blocs… Une espèce de chenille financière (on se tient tous par la taille et on fait le tour de la salle de bal). C’est la danse des transactions sécurisées. Ton banquier y croit, mais il croit aussi que tu vas venir le voir un jour de semaine à 14h00, que tu vas payer des frais de dossier rien que pour lui serrer la main, et que tu ne vois pas d’autres banquiers que lui.

blockchain
Chief Digital Officer
 : c’est lui qui est responsable de la transformation digitale de l’entreprise… Il a eu l’iPhone 7 avant toi, porte des Converses jaunes et il connait une macro secrète sur Excel pour jouer à Pacman. Sinon c’est le cousin de la femme du patron.

Foodtech : mange avec ton smartphone. Avant tu faisais 200 mètres pour aller au restaurant. Ça te faisait faire de l’exercice. Maintenant tu te fais livrer au bureau. Tu vas prendre 10 kilos avant la fin de l’année.

Drone : Oh, un p’tit navion !

Réalité augmentée : la réalité en mieux. A 20 ans tu te contentais d’une bouteille de vodka. A 40, il te faut des trucs plus forts.

réalité augmentée
Paiement sans contact
 : Oulala ! J’ai même pas tapé mon code ! Ça a ne te rendra pas plus riche. Tu te souviens quand on se tapait dans la main à chaque transaction ? Le paiement sans contact c’est un peu comme quand on s’est mis à cracher par terre au lieu de se taper dans la main.

Cloud : tu te fiches de nous ! Le cloud c’était dans le lexique de 2005. Tu te souviens pas ? Tu ne pouvais plus prendre un café avec ton directeur informatique sans qu’il te bassine avec le cloud. Mais évidemment à l’époque t’as fait le malin et t’as rien écouté. Séance de rattrapage : retiens juste qu’avec le cloud tu peux bosser même quand tu es en congés.

Les leaders européens des solutions de centres de contacts cloud en Europe de l’Ouest selon Gartner

BT (British Telecom), Capgemini Prosodie et Orange Business Services classés leaders européens des solutions de centres de contacts cloud par Gartner. Seul changement dans cette édition 2016 du Magic Quadrant for Contact Center as a Service en Europe de l’Ouest, l’arrivée de Vocalcom dans la catégorie des « visionnaires ».

Magic Quadrant for Contact Center as a Service (Europe de l’Ouest)

Magic Quadrant for Contact Center as a Service en Europe de l’Ouest 2016

Le cloud pour quoi faire ?

Pourquoi le cloud ? Les analystes de Markess répondent : pas de transformation digitale sans stratégie cloud. Et ils identifient 4 domaines dans lesquels le cloud offre un avantage stratégique aux entreprises :

1/ les usages mobiles

2/ La collaboration en temps réel

3/ L’analyse en temps réel de gros volumes de données

4/ L’échange de données entre des environnements hétérogènes

En France le cloud c’est pour les grands

L’économie de demain est une économie numérique. Les données, le big data sont le moteur de cette économie. La France est-elle en train de passer à coté de cette révolution de la donnée ? Un rapport de l’OCDE, Data Driven Innovation, signale quelques signes de faiblesse de la France en matière d’innovation numérique relativement à nos concurrents.

On a retenu 2 graphiques :

L’adoption du cloud computing par les entreprises

À la fin de l’année 2014, le taux d’adoption du cloud par les entreprises françaises dépassait à peine les 10 %. Dans le même temps ce taux dépassait les 20 % au Royaume-Uni et les 40 % en Italie. La France atteint des taux comparables sur la tranche des entreprises de plus de 250 salariés (moins de 1 % des entreprises françaises).

adoption cloud france et monde

Les compétences Data dans la population active

Si le spécialiste data reste encore dans le monde une ressource rare, c’est en France une ressource rarissime ! Les spécialistes de la données, ce sont moins de 0,2 % de la population active en France. Ils sont deux fois plus nombreux en Allemagne et quatre fois plus nombreux au Pays-Bas et aux États-Unis.

spécialistes data france monde

(Data Driven Innovation – Publié le 6 octobre 2015 par l’OCDE)

Salesforce fait entrer l’internet des objets dans son cloud

On a failli osé un titre très cyberpunk : Salesforce pousse l’entreprise dans l’infra-cloud. Et puis on s’est dégonflé et on est resté sur quelque chose de plus informatif : Salesforce fait entrer l’internet des objets dans son cloud.

C’est un peu les prémices d’un cloud global (bouh… frisson de peur) qu’est en train d’ébaucher Salesforce avec IOT Cloud (Le cloud de l’internet des objets). Il s’agit de connecter les données clients de l’entreprise et un ensemble de données externes à l’entreprise (générées entre autre par des objets connectés).

L’objectif est de faciliter, voire automatiser, la prise de décision, de disposer d’informations plus complètes sur le client et d’interagir de façon prédictive avec lui. « On veut rendre les big data complètement accessibles aux entreprises et les aider à trouver les données qui sont les plus pertinentes pour elles », explique-t-on chez Salesforce.

Il n’y avait pas de raisons d’avoir peur.

Le cloud attend (encore) la vague

On devrait assister, dans les 2 années qui viennent, à la « seconde vague d’adoption du cloud » dans les entreprises. L’expression « seconde vague » est de Cisco qui a commandé à IDC une étude sur le développement du cloud dans les entreprises. On est bien optimiste chez Cisco.

Si seconde vague il y a, la première vague était à peine une vaguelette. Pas de quoi surfer. Voyez vous même. Selon l’étude, seules 22 % des entreprises françaises ont adopté le cloud à ce jour (et à un niveau de maturité raisonnable selon la classification des auteurs de l’étude).

Et nos voisins européens ne font pas forcément mieux : 27 % au Royaume-Uni, 21 % en Allemagne et 17 % aux Pays-Bas.

En tête avec 34 % de niveau d’adoption, les États-Unis. Ce n’est pas une déferlante non plus. Au Japon, c’est le calme plat : 9 % d’adoption.

Cisco ne manque pourtant pas de rappeler aux retardataires les avantages immenses que procure le cloud : augmentation de revenus, baisse des coûts informatiques… Pour un peu le cloud calmerait la migraine et faciliterait le retour de l’être aimé.

Comme on se trompe rarement chez Cisco, on va leur faire confiance : la vague va déferler…