Jetez vos stylos


Alibaba a développé un outil d’intelligence artificiel capable de rédiger de façon autonome les descriptions produits sur les sites e-commerce.
 Il suffirait aux marchands qui vendent leurs produits sur les places de marché chinoises d’Alibaba d’appuyer sur un bouton « rédiger » (Produce a smart copy) pour se voir proposer plusieurs options de textes. L’utilisateur peut ainsi arbitrer entre la longueur et même la tonalité du texte (plutôt drôle, fonctionnel, promotionnel, poétique…).

Selon Alibaba, l’outil qui utilise des technologies de langage naturel a passé le test de Turing, (un humain n’est pas en mesure d’identifier que le texte provient d’une machine).

Chez Alima, la filiale marketing digital d’Alibaba, on reconnait néanmoins que l’outil n’est efficace que pour ce type de travaux de rédaction basique et ne peut remplacer la créativité d’un être humain. Le plus fort reste qu’il parle chinois…

Recevez gratuitement Numériq'1 : La newsletter qui vous raconte tous les jours en 1 minute l’actualité de l’économie numérique, de la relation client, du marketing et du e-commerce :  JE M'ABONNE !

Amitié franco-chinoise

Jack ma

Jack Ma, le pdg d’Alibaba


Le groupe Bolloré (Autolib’, Vivendi…) et le leader chinois du e-commerce, Alibaba, signent un accord de coopération mondiale.
 Ce partenariat doit permettre, selon Cyrille Bolloré, le directeur général du département Transports et Logistique du groupe français de « développer des activités dans nos marchés respectifs et joindre nos forces dans les autres parties du monde. » 

L’accord porte en particulier sur la fourniture de solutions cloud par Alibaba à Bolloré et le développement de solutions communes dans les domaines de la mobilité urbaine (véhicules électrique, autopartage…).

Recevez gratuitement Numériq'1 : La newsletter qui vous raconte tous les jours en 1 minute l’actualité de l’économie numérique, de la relation client, du marketing et du e-commerce :  JE M'ABONNE !

Le site internet, première priorité d’investissement pour les professionnels du marketing. C’est le journal de l’économie numérique du 8 juin 2018

Google descend dans la rue. Bientôt on ne s’étonnera plus d’apercevoir juste en face de la boulangerie, une petite boutique Google. « Chéri, si tu passes chez Google, ramène le pain, s’il te plaît ! »

Google atelier numérique
Google dans la rue

Un magasin Google en Bretagne ? Google va ouvrir samedi 9 juin son premier atelier numérique à Rennes. Il s’agit d’un espace gratuit et ouvert à tous (étudiants, entreprises, chercheurs d’emploi…) dédié à la découverte et à l’apprentissage du numérique. Google y présentera des innovations technologiques, proposera des formations, des conférences et des ateliers pratiques (apprendre à créer son site internet, découvrir le référencement naturel…). C’est le premier espace Google de ce type en France. Si tu ne vas pas à Google, Google vient à toi. (L’atelier numérique)

Plein la vue

La CNIL vient d’infliger une sanction de 250 000 euros à Optical Center, 3e enseigne d’optique en France, pour les failles de sécurité constatées sur son site web. Il était en effet possible d’avoir accès assez simplement aux données personnelles des clients qui avaient commandées en ligne. La CNIL justifie le montant de la sanction par la sensibilité des données rendues publiques et le volume des documents disponibles (plus de 334 000). C’est ce qu’on appelle une correction de la vue.

Ainsi fonds, fonds, fonds…

Une levée de fonds à l’échelle chinoise… Ant Financial, le service de paiement en ligne filiale du e-commerçant chinois Alibaba, vient de lever 14 milliards dollars (12 milliards d’euros) auprès d’investisseurs chinois et étrangers.

Qui a dit ça ?

« Convaincre tous les jours les clients de vous choisir, c’est le job le plus important d’un professionnel du marketing. »

C’est Alessandra Bellini, la directrice de l’expérience client du groupe britannique de distribution, Tesco. Et à l’ère de la personnalisation, vous allez devoir les convaincre un par un… Ça va vous faire de longues journées de travail.

Recevez le journal de l’économie numérique tous les jours sur votre boîte email

Ma préférence à moi…

30 % des professionnels du marketing placent le site internet comme leur première priorité d’investissement en 2018. Les applications mobiles arrivent juste derrière (21 %), suivi par les réseaux sociaux (17 %). (Étude Harris Interactive pour Azetone et FollowAnalytics auprès de 213 professionnels du marketing – mai 2018)

Patrick Dubreil vient d’être élu nouveau président du SP2C, le syndicat des professionnels des centres de contacts. Patrick Dubreil est à la tête de CCA International (racheté en début d’année par Comdata) depuis 2012.

Compte épargne logement

Après les voyages et l’énergie… Cdiscount se lance dans l’assurance emprunteur. Le site de e-commerce propose, avec Malakoff Médéric, des assurances prêt immobilier. L’e-commerçant promet des tarifs très inférieurs à ceux des acteurs traditionnels. Il suffit au client de compléter un formulaire en ligne de quelques questions pour obtenir son tarif. Discret sur votre état de santé, Cdiscount veut juste savoir si vous fumez. (Pas depuis que je me suis mis à boire).

Qui a dit ça ?

« On se dit que le online est très fort pour faire ce qu’on appelle de la commodité, des choses simples et rapides. Et le offline est très fort pour l’expérience et l’inverse est faux. »

C’est Sébastien Badault, DG d’Alibaba France. Sur le web, tu n’es pas là pour t’amuser… Quand même un peu ?