Service client et langue de bois

La langue de bois n’est pas réservée aux politiciens. On la manie très bien également dans les services clients.

Alors qu’un client de la liseuse Kobo (commercialisée par la Fnac) se plaint d’une panne de son appareil dans un message sur Twitter (daté du 20 mai 2019), le service client Fnac dans sa réponse nous donne une leçon magistrale de langue de bois.

Bonjour, je suis navré pour le désagrément. La conception des liseuses Kobo étant spécifique, la réparation n’est pas toujours possible selon la panne. Cdt, Tony (Service client Fnac)

Une magnifique réponse avec :

1- l’emploi du mot spécifique, mot passe-partout dont l’imprécision et l’apparente technicité permet en réalité de dissimuler habilement un manque d’information,

2- suivi par un formidable adoucisseur de réalité où « réparation impossible » devient « la réparation n’est pas toujours possible ».

Du grand art !