Le client au centre ou le client encerclé ?

Jill Rowley est une experte en social selling, les techniques de ventes adaptées à l’ère d’internet, des outils numériques et des réseaux sociaux. Elle vient de produire un séduisant graphique qui souligne que le social selling est cette stratégie marketing de l’époque qui plus que jamais doit être obsédée par le client et placer celui-ci au centre de toutes ses préoccupations et de toutes ses actions.

social selling marketing

Cette carte du marketing moderne est construite autour de 4 piliers  :

1/ Un marketing de contenu

2/ Un marketing d’influence

3 / Un marketing de coopération et de partage

4/ Un marketing d’engagement

Ce qui guide ces nouvelles stratégies c’est le fait que le client, l’acheteur, a changé. Qu’il a pris le pouvoir sur l’entreprise. Et qu’il va s’agir, pour le reconquérir, non plus d’adopter un discours racoleur (!), mais de l’accompagner dans sa nouvelle demande d’autonomie. On collaborera avec lui, on le récompensera, on l’incitera à partager ses expériences et son expertise. Ce ne sont plus les commerciaux de l’entreprise qui l’interpelleront, mais des personnes qui ont sa confiance : experts, blogueurs, influenceurs…

Mais si séduisant que semble ce graphique il montre aussi que ce marketing centré sur le client est d’abord un marketing d’encerclement client. Le client est maître de son parcours, mais le marketing n’est jamais loin pour le remettre sur le bon chemin au cas où il s’en écarterait.

Le client a pris le pouvoir. Il n’est pas certain qu’il saura le garder. Le marketing s’est emparé des armes qui avaient porté le client au pouvoir (le contenu, le partage, l’influence…) et les a retourné contre lui.

(Digital Marketing Institute)