Web design : faites simple et moche !

L’internaute n’est pas un esthète et surtout il a horreur qu’on le surprenne et qu’on le désoriente. L’internaute a ses petites habitudes. Il entend bien retrouver ses repères quand il accède à votre site internet. Difficile de sortir des standards sans perdre le visiteur du site web. Quand la psychologie se met au service du web design, oubliez les fioritures.

« Les êtres humains sont des créatures faites d’habitudes. Une fois que nous avons en tête un modèle sur la manière dont un espace doit être organisé, être confronté à une organisation différente peut nous désorienter », explique Liza Margalit, une spécialiste de la psychologie appliquée à l’expérience client. Quand ce qu’on pensait pouvoir identifier facilement n’est plus identifiable, on est sous le choc !

Imaginez, par exemple, que vous rentriez chez vous et que votre femme ou votre mari ait soudainement modifié l’agencement des pièces. Choc !

Il en va de même en matière de web design, affirme Liza Margalit. Tout cela se fait de manière inconsciente.

Lorsqu’on arrive sur un site de e-commerce on s’attend à trouver le bouton « panier » par exemple. On reconnaîtra aussi ce bouton parce qu’il aura une représentation familière et conventionnelle (un caddy de supermarché ou un panier de courses). Si on changeait cette représentation, il est presque certain que l’acheteur en ligne ne pourrait plus l’identifier au premier coup d’œil.

Et c’est ça l’enjeu. Que l’acheteur en ligne par exemple trouve ses repères immédiatement quelque soit le site web sur lequel il navigue. En arrivant sur un site, l’internaute va scanner rapidement l’espace pour retrouver les espaces qui lui sont familiers : l’onglet de contact par exemple ou la barre de recherche…

S’il est confronté à une organisation inhabituelle de l’espace, l’internaute va devoir produire un effort supérieur pour comprendre comment fonctionne le site. Effort qu’il n’est peut-être pas prêt à faire.

En matière de web design, l’innovation est à manier avec précaution, poursuit Liza Margalit. Ce qu’elle suggère aux plus créatifs d’entre nous, c’est de « refréner notre enthousiasme créatif » et de garder en tête les 3 règles suivantes :

1/ Rester simple et ennuyeux

Bien entendu que vous pouvez laissez aller votre imagination ou votre créativité ! mais assurez-vous que le parcours est bien balisé. Si vous avez envie de sortir des entiers battus, dites-vous que ce n’est surement pas le cas de l’internaute. Il a besoin de comprendre et pas d’en prendre plein les yeux. A cet égard le site de petites annonces Leboincoin.fr est exemplaire : difficile de faire plus simple, ennuyeux… et efficace.

le bon coin

2/ Ressembler à ce qu’on attend

Conformiste l’internaute. N’espérez pas sortir du lot. Si vous êtes un site de vente de chaussure, l’internaute s’attendra à ce que votre site ressemble à un site de vente de chaussures (regardez par exemple les similitudes entre Sarenza et Zalendo…). En général, l’internaute aura en tête le site qui domine le marché : un site de e-commerce doit ressembler à Amazon !

zalendo

sarenza

3/ Se mettre à la place de l’internaute

Oubliez que vous être un designer de talent, habitué à concevoir des espaces complexes. Mettez-vous à la place du gars qui viendrait sur le site juste pour s’acheter une paire de chaussette… Pas certain qu’il ait envie de passer 1 heure à trouver le formulaire de paiement.

(D’après UX Magazine)