Application de messagerie : un coup de Kik à 50 millions de dollars

Peu connu en Europe, c’est pourtant une des applications de messagerie parmi les plus populaires aux États-Unis, en particulier auprès des adolescents. Elle s’appelle Kik. Elle vient du Canada. Et elle intéresse bigrement les chinois. Tencent, propriétaire des 2 plus grosses applications de messagerie mobile de Chine, QQ (ça ne s’invente pas), plus de 800 millions d’utilisateurs, et WeChat, 600 millions d’utilisateurs, vient d’investir 50 millions de dollars dans la déjà nommée Kik.

Tencent veut faire de Kik, le WeChat de l’Ouest (voir Le Chat est en train de manger le monde), une application de messagerie « riche » qui inclut en plus du texte tout un écosystème de services (jeu, musique…).

C’est à une véritable guerre des messageries que se livrent, à distance, les géants du web. Une bataille sino-américaine, avec d’un côté Facebook et ses applications Messenger et WhatsApp ; de l’autre le chinois Tencent avec QQ (on ne s’en lasse pas), WeChat et désormais Kik.

Ne résistent dans ce paysage que Line au Japon et SnapChat, dans une catégorie un peu différente. On notera l’absence des européens sur le terrain des applications de messagerie.