C’est quoi l’obsession de la nouvelle économie avec la bagnole ?

On pensait que la bagnole était un symbole du passé. Une industrie née au début du 20e siècle et presque morte à la fin de ce même siècle.

Morte en tout cas comme symbole. Le symbole d’un individualisme forcené ; d’un mode de vie insensible aux atteintes à l’environnement. Un symbole qui avait façonné des villes inhumaines partout dans le monde. Le symbole aussi d’une puissance masculine toute désuète.

Uber

On pensait que les nouveaux entrepreneurs qui naîtraient au début du 21e siècle n’auraient de cesse que de se débarrasser de ce symbole de la vieille économie. Qu’en visionnaires, ils en viendraient à imaginer de nouveaux modes de déplacement où la voiture n’aurait pas sa place.

Et bien non !

Uber, Blablacar, Tesla et même, dans une moindre mesure, Google et Apple, les entreprises de la nouvelle économie, de l’économie numérique, semblent obsédées par la voiture.

googlecarsans

Le Google car, véhicule autonome capable de se déplacer sans conducteur

On objectera qu’ils ont presque su faire de la voiture un objet collectif ; un mode de transport moins polluant et plus soucieux de l’environnement. Qui libère plutôt qu’il opprime ou contraint.

Certes !

Néanmoins la voiture, en tant qu’objet dirons-nous, reste au centre de leur modèle. Bien sûr, ni Uber, ni Blablacar ne possèdent de voitures, mais ils les font rouler !

C’est à une seconde économie de la voiture que ces entreprises donnent naissance. Le symbole automobile est trop fort pour être vaincu !

« Selon le cabinet IHS, 40 millions de véhicules vendus en 2020 seront équipés d’Android Auto en 2020, contre 37,1 millions qui embarqueront Carplay d’Apple. » (L’Usine digitale)

De leur côté, toujours à l’affût de la moindre tendance, les acteurs traditionnels de l’industrie automobile sont en train de repeindre leurs produits aux couleurs de l’économie numérique. Cette obsession pour la voiture est doublement contagieuse !

Mercedes

Mercedes connect me

La grande réussite de la nouvelle économie est en réalité d’avoir fait passer la voiture de l’état de produit à celui de service. Et d’avoir doublement désincarné le symbole en un faisant non seulement un service, mais en plus un service cool et moderne !

Ce que n’ont pas réussi (encore) à faire ceux qui pourraient être demain les vrais « disrupteurs » du 21e siècle : Velib, la SNCF et la RATP !

 

Vidéo de présentation du service Audi connect par le constructeur :

(En photo d’en-tête la voiture électrique Tesla Model S)