François Hollande s’est-il pris les pieds dans le centre d’appels ?

Les faits

Le 27 mars dernier, en marge d’une visite dans la Moselle, François Hollande annonçe la création de 100 à 150 emplois pour compenser la disparition d’Ecomouv. Le président ajoute que ces nouveaux emplois seront créés sur une plateforme que Pôle Emploi va mettre en place sur le site d’Ecomouv.

Le dérapage

C’est le président de la communauté d’agglomération de Metz Métropole, Jean-Luc Bohl, qui a précisé par la suite qu’il s’agissait d’un centre d’appel téléphonique en lien avec Pôle Emploi, opéré par le groupe Arvato. Et là, Oups bavure ! L’appel d’offre étant encore en cours, le nom de la société attributaire ne pouvait être connu.

La réaction des prestataires

L’émoi reste néanmoins mesuré du côté des sociétés ayant répondu à l’appel d’offre. Axel Ducros, le directeur du développement d’Intelcia nous déclarait hier : “nous n’envisageons pas de recours puisque la procédure d’appel d’offre suit son cours et que nous pensons que rien ne s’oppose à ce que Pôle Emploi fasse preuve d autonomie pour choisir des prestataires. Bien entendu, si Arvato était attributaire du marché nous réfléchirions aux actions à entreprendre !”.

La position de Pôle Emploi

De son côté Pôle Emploi précise qu’il y a eu confusion avec un autre appel d’offre attribué à Arvato et qui concerne la numérisation de documents.