Comment Google sait vraiment ce que vous voulez ?

Comment Google sait vraiment ce que vous voulez ? Comment sait-il ce que vous attendez de son moteur de recherche et ce que vous espérez y trouver ? Facile, vous allez dire, il n’a qu’à se référer aux milliards de requêtes que l’on tape chaque jour sur sa fameuse barre de recherche. Mauvaise réponse ! Ça c’est ce que vous vouliez y trouver ; pas ce que vous voudrez y trouver. Encore moins ce que vous ne vous attendez même pas à trouver – et par conséquence n’avez même pas pensé à chercher sur Google.

On répète donc la question : Comment Google sait vraiment ce que nous voulons ?

Et bien il nous le demande ! Tout simplement. Et pas qu’un fois, mais 8 fois par jour. Chez Google on appelle ça DIN, Daily Information Needs : les besoins d’information du jour.

Google a recruté une base d’utilisateurs (ils sont 1200 aux États-Unis) qu’il interroge chaque jour de façon aléatoire. La question que pose Google à ces utilisateurs volontaires est : à quelle question voudriez-vous trouver une réponse ?

L’étude de 2013 a fait remonter plus de 25 000 sujets différents. Google les a regroupé en grandes catégories et optimisé son moteur pour permettre de trouver des réponses à ces grandes catégories de besoins qui avaient émergé.

Même quand il s’agit de besoins d’information très classiques (et les plus cités par la base d’utilisateurs), en l’occurrence et sans surprise la météo et les transports, les finalités derrière ces questions peuvent être différentes d’un pays à l’autre. Au japon on s’interroge sur la météo car on étend son linge en extérieur ; aux USA pour savoir comment s’habiller avant de sortir. Les réponses que procurera Google doivent en tenir compte si il veut apporter toujours une réponses plus précise.

Les autres catégories concernent des questions de la vie de tous les jours. Et dans des temps difficiles, des question d’ordre économique : comment trouver un boulot ? comment trouver une caution ? Encore plus précis : comment trouver 200 $ avant la fin de la journée ?

Plus surprenant, des questions portant sur les emplois du temps personnels par exemple : est-ce que je travaille demain ? A quel heure je commence ? Google n’a évidemment pas la réponse mais réfléchit avec ses équipes « agenda » à des solutions pour répondre à ces besoins très concrets.

Rien d’impossible pour Google.

(Source : Backchannel)