Un français sur 2 a fait un achat sur Internet en 2012

En 2008, 30 % des français avaient utilisé Internet pour effectuer un achat. En 2012, la proportion de cyberacheteurs est passée à 50 %. C’est l’un des principaux enseignement tirée de l’étude réalisée par le CREDOC pour la FEVAD (Fédération du e-commerce et de la Vente à Distance) et publiée le 24 octobre 2012 à l’occasion du salon VAD e-commerce.

L’acheteur à distance français

La France ne découvre pas la vente à distance en 2012. En 2008, 70 % des français font des achats à distance (tout canaux confondus) ; et ce chiffre ne semble pas progresser depuis. En revanche, le canal Internet s’impose peu à peu lorsqu’il s’agit de commander à distance et ce au détriment des autres canaux (téléphone et courrier).

Sans être compulsif, l’acheteur à distance est « un régulier » : 27 % des acheteurs à distance commandent au moins une fois par mois (22 % en 2008).

Tourisme et loisir en tête

Qu’achète-il notre acheteur à distance ? D’abord des billets de trains, avions et des séjours. Qui veut voyager loin, voyage d’abord à distance. Ils sont 40 % à avoir commandé cette famille de produit sans se rendre dans un point de vente. Les loisirs en général occupent le haut du classement : 33 % des acheteurs à distance ont commandé des livres, des jeux vidéo ou de la musique ; 19 % des billets de spectacles et 26 % des produits informatiques.

L’achat à distance de vêtements et chaussures figurent néanmoins en bonne place avec 40 %  pour le premier et 21 % pour le second.

En revanche, seuls 12 % des acheteurs à distance ont passé commande auprès des supermarché en ligne. Les grandes surfaces ont sans doute encore de belles années devant elles.

Réseaux sociaux et smartphone

L’influence des réseaux sociaux en matière de consommation reste à nuancer. Nous sommes encore moins de 10 % à rechercher (ou partager) de l’information sur les réseaux sociaux pour nos achats. Sauf chez les plus jeunes (18-24 ans) qui sont 27 % à faire de ces réseaux de véritables canaux d’information.

De même, pour le téléphone portable qui n’est un moyen d’accès aux sites marchands que pour  25 % des utilisateurs (consultation et information).