Projet LUNA : la nouvelle frontière de la reconnaissance vocale

gpn-2000-000617.jpgLUNA est un programme de recherche européen dont l’objectif est le développement d’outils informatiques en mesure de traiter et comprendre la langue parlée, le langage tel qu’il est employé naturellement dans les conversations courantes.

Le secteur de la relation client est le principal domaine applicatif visé par ces recherches. Adieu serveurs vocaux incapables de comprendre plus de 2 mots de vocabulaire (oui /non) ou auxquelles on ne peut s’adresser qu’à l’aide des touches « étoile » et « dièse » du clavier téléphonique » !

Dès demain, vous dialoguerez avec un serveur vocal avec vos propres mots (y compris vos imperfections, vos hésitations, vos tics de langage, vos habitudes culturelles…); et la machine vous comprendra ! Le robot s’adapte enfin à l’homme !

« Heu, je voudrais connaitre la position de mon compte, pétard !« 

« Votre compte est débiteur de 4 500 euros » répondra naturellement la machine (le progrès ne résout pas forcément les problèmes de trésorerie).

On appelle ça en anglais, SLU, pour Spoken Language Understanding (compréhension du langage parlé). Le logiciel est capable de filtrer les mots parasites du langage courant (tel que « Heu » par exemple; pour « pétard » (!) je ne suis pas sûr) pour ne retenir que le sens de la demande.

Les recherches reposent sur des algorithmes spécifiques et un travail de modélisation de la langue. LUNA est actuellement trilingue (français, polonais et italien).

Le périmètre défini, les possibilités d’occurrences finalement limités que constituent les échanges entre un client et une entreprise dans une activité spécifique (la banque, le tourisme, l’informatique, la téléphonie…) font que l’on peut prévoir une mise en application à très court terme de ces recherches dans le domaine de la relation client. Des sociétés telles que France Telecom ou Loquendo sont parties prenantes des travaux du projet LUNA.

Plus d’informations (en anglais) sur www.ist-luna.eu et www.cordis.europa.eu.