2ème édition du salon algérien des centres d’appels : faire émerger une offre algérienne dans le domaine de la relation client

La deuxième édition du salon algérien des centres d’appels (SACA) se tiendra les 17 et 18 novembre prochains à Alger (Hotel Grand Mercure). La première édition du salon avait réussi à réunir, pour la première fois en Algérie, près de 800 professionnels de la relation client venus de différents pays; l’évènement avait également permis d’inscrire l’Algérie parmi les nouveaux acteurs de la relation client.

A l’occasion d’une conférence de presse qui s’est tenue le 20 octobre, les organisateurs (Sira Algérie) ont présenté les objectifs et les ambitions de cette deuxième édition.

Il s’agit d’abord de démontrer que les conditions sont désormais réunies pour permettre l’émergence et le développement d’une offre algérienne dans le domaine de la relation client.

Pour cela, le salon se donne pour objectifs de rassembler le plus grand nombre possible d’acteurs du secteur : pouvoirs publics, donneurs d’ordre, prestataires nationaux et internationaux. Dans l’esprit des organisateurs, l’évènement doit être le lieu permettant de mettre en avant les atouts de la destination Algérie « centre d’appels ». Le but ultime étant de favoriser la création de nouveaux centres de contacts et construire les conditions d’un développement harmonieux des centres d’appels dans le pays.

Au programme de cette deuxième édition du SACA :

– état des lieux et perspectives des centres d’appels en algérie

– les conditions du succès d’un centre d’appels en algérie

– contrats et aspects juridiques entre donneurs d’ordres et prestataires

– les ressources humaines : formation et recrutement

A noter, qu’en parallèle, se tiendra le salon de l’externalisation en Algérie.

(informations et inscriptions sur le site des organisateurs www.saca-dz.com)

2 réflexions au sujet de “2ème édition du salon algérien des centres d’appels : faire émerger une offre algérienne dans le domaine de la relation client”

  1. L’Algérie fera bien de préparer sa stratégie concernant ce genre d’activité, il faut bien différencier les centres d’appels et Audiotels qui sont à usage commercial, des Helpdesk professionnels et des instituts d’enquêtes et de sondage qui sont à usage professionnel et intellectuel.
    Par exemple pour Djezzy qui a eu le trophée de cette version de Saca, elle a exploitée des milliers d’étudiants et d’étudiantes car le travail des étudiants n’est pas légal en Algérie, et pour conséquence il y a eu un grand préjudice aux impôts, à l’assurance et l’ONOU (Office Nationale des oeuvres universitaires) qui continue de verser des bourses à des étudiants travailleurs et à transporter via son réseau de Bus les téléconseillers de Djezzy.
    Algérie Télécom, trés mal conseillé par les partenaires français qui ne veulent que vendre leur produits techniques et logiciels, choisit le mauvais chemin en optant pour les Call Center et non les Helpdesk et Instituts de sondage, et pour l’Offshore. Beaucoup d’opérateurs français continuent à faire des pressions pour avoir toujours à vendre les Bases de données françaises des emails et numéros de téléphones et qui coutent les yeux de la tête; et n’oublions pas le trafic des appels vers la France et ce qu’il va générer pour les opérateurs de téléphonie français.
    L’évasion fiscal, le transfert illégal de capitaux sont aussi un autre volet à étudier, car pour le Maroc et la Tunisie si la législation locale autorise les entreprises totalement exportatrice et les maitrise très bien , rien n’est encore fait en Algérie.
    Et avec la manne pétrolière et les sous dont dispose l’Algérie c’est l’Eldorado rêvé des aventuriers de tout bord.
    Pour 48 centres d’appels, combien l’heureux gagnant de la cagnotte va t-il empocher ?

Les commentaires sont fermés.