Dans un communiqué commun, la Cgt et Sud réagissent à la mise en place de centres d’appels dans les prisons

Alors que du côté du gouvernement le projet pilote d’installation de centres d’appels dans les prisons françaises se précise, avec une mise en oeuvre envisagée dès janvier 2009, la Cgt et Sud opposent un désaccord formel et demandent l’abandon du projet.

Pour les 2 syndicats la réinsertion des detenus n’est pas au centre du projet. Il s’agit, toujours selon la Cgt et Sud « d’offrir aux patrons des centres d’appels une main d’oeuvre bien moins cher que l’offshore, rémunérée bien au dessous du Smic, et non protégé par le code du travail ou conventions collectives« . Les centrales syndicales ajoutent que « ce nouvel alibi sous couvert de responsabilité sociale n’a d’autre objectif que d’imposer à l’ensemble des salariés des centres d’appels internes et externes la continuation de la rigueur salariale (…) ».