Les centres d’appels dénoncent la pression des donneurs d’ordre

Par la voix du SP2C (syndicat des professionnels des centre de contacts), les centres d’appels s’insurgent contre les pressions commerciales imposées par leurs clients. Les centres d’appels font appels à Bercy pour les aider à rééquilibrer leurs relations avec les donneurs d’ordres. Les professionnels du secteurs estiment que c’est aujourd’hui le seul moyen de « réformer un secteur sous-représenté en France et tendu socialement. »

Le « rapport asymétrique », selon l’expression de Laurent Uberti président du SP2C, entretenu par les clients des centres d’appels, est, au final, un frein fort au développement du secteur. En Grande Bretagne, par exemple, les centres d’appels externalisés emploient près de 1 million de chargés de clientèles alors qu’ils ne sont que 210 000 en France.

Eric Dadian, le président de l’AFRC et patron d’Intra Call Center, ajoute en parlant des gros clients des centres d’appels : »on ne les appelle pas donneurs d’ordres pour rien, ce sont eux qui fixent les règles, les délais les prix. Et les prestataires subissent. » Le secteur a dernièrement été secoué par un certain nombre de mouvements sociaux et Eric Dadian reconnait « (…) que les salariés ne sont pas suffisamment payés, mais nous n’avons pas de marges de manœuvre. »