Au Canada, aussi, il est difficile de recruter des téléconseillers

Dans un article paru sur le site internet de Radio Canada, on apprend que le centre d’appels de Sitel Clientlogic de Moncton (Nouveau-Brunswick, Canada) est confronté à d’importantes difficultés pour recruter de nouveaux téléconseillers (appelés « Préposés » au Canada). A tel point, que l’entreprise ouvre, désormais, son recrutement aux francophones unilingues (ce qui est un handicap pour travailler dans un centre d’appels en Amérique du Nord).

Le centre d’appels de Moncton emploie 9OO salariés jour et nuit et doit faire face à un surcroit d’activité important.

Afin de faire face à cette pénurie de candidats et fidéliser leurs salariés, les centres d’appels canadiens se sont engagés dans une voie visant à offrir aux employés de nouveaux avantages sociaux et un environnement de travail plus valorisant.
Sitel Clientlogic propose, par exemple, à son personnel des rabais de 10 % sur les loyers des appartements dont l’entreprise est propriétaire.

2 réflexions au sujet de “Au Canada, aussi, il est difficile de recruter des téléconseillers”

  1. À 12$ de l’heure, il est effectivement difficile de recruter. 10% de rabais sur les logements? Pure invention de la journaliste.

  2. I have a bac+2 (in2005) and i’m a trainee in institute in morocco option  » TELECONSEILLER » (01/2009 of 06/2009) and i hop work in CANADA.

Les commentaires sont fermés.